Salarié : ce que la loi PACTE va changer pour vous

Vous êtes salarié, votre entreprise propose de l’épargne salariale (PEE et PERCO), de la retraite collective (article 83) ou s’apprête à le faire. Vous avez entendu parler de changements au niveau national et vous vous interrogez sur leurs répercussions. Quelles nouvelles règles du jeu ? Quels avantages ? Tour d’horizon.

« L’épargne entreprise, c’est probablement super, mais… », pour être honnête, ça vous a toujours paru un peu complexe. Contrats « Perp », « Madelin », « PERCO », « article 83 »,  il faut avouer, il y a de quoi s’y perdre.

Mais ça c’était avant. Depuis le 1er octobre 2019, la loi dite PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) change la donne. Dorénavant, il n’y plus qu’un seul produit englobant : le PER (Plan d’épargne retraite). Ce produit classe l’épargne constituée dans le cadre de l’entreprise, en trois compartiments, en fonction de la provenance : les versements volontaires, les versements issus de l’épargne salariale, et ceux issus des versements obligatoires de l’employeur.  

Cinq améliorations à retenir

1. Une enveloppe retraite tout au long de sa vie professionnelle

Avant. Quand on changeait d’entreprise, ce n’était pas simple de transférer son épargne. Résultat : on risquait de multiplier les contrats, ici et là. Pas facile à gérer y compris lorsque l’on changeait de statut, par exemple en passant de salarié à indépendant, ou inversement.
Avec la loi PACTE. Le PER suit son bénéficiaire tout au long de sa carrière. Les différents contrats auxquels il a pu souscrire peuvent être rassemblés dans un seul établissement.

2. Une gestion financière facilitée

Avant. Choisir les placements financiers pour optimiser son épargne demandait quelques connaissances.
Avec la loi PACTE. Le PER propose, par défaut, une gestion pilotée harmonisée. L’épargnant peut choisir entre trois profils d’investissement (du plus prudent au plus dynamique), selon sa sensibilité au risque. À charge aux experts des marchés d’optimiser les placements pour atteindre le meilleur résultat possible à l’horizon souhaité.

3. Une épargne en rente ou en capital

Avant. La majorité des contrats proposaient une sortie en rente viagère c’est-à-dire versée jusqu’à la fin de vie. Beaucoup d’épargnants auraient préféré un capital, bien pratique, car le départ en retraite rime souvent avec réorganisation de sa vie.
Avec la loi PACTE. Possibilité de choisir, à l’heure de la retraite, une sortie en capital, une sortie en pensions, ou un dosage des deux.

4. Une épargne disponible pour financer sa résidence principale

Avant. Les possibilités de déblocage anticipé pour projets ou événements importants étaient très restrictives.

Avec la loi PACTE. Pour récupérer son épargne avant la retraite, c’est possible pour l’achat de sa résidence principale.

5. Une fiscalité harmonisée

Avant. Les différents produits présentaient des caractéristiques fiscales variables. Compliqué pour s’y retrouver !

Avec la loi PACTE. Tous vos versements sont déductibles de l’impôt sur le revenu. Les conditions fiscales de sortie sont harmonisées.