Grâce à l’épargne salariale, motivez et fidélisez vos salariés dans un cadre fiscal avantageux

L’avenir des retraites préoccupe vos salariés, comme il préoccupe la plupart des Français. L’épargne salariale permet de proposer, aux salariés des petites et moyennes entreprises, des compléments de rémunération motivants, tout en ménageant la trésorerie de l’entreprise.

Motiver et fidéliser : dans une petite entreprise, c’est possible

Quand l’entreprise fait des bénéfices, le chef d’entreprise peut souhaiter en partager une partie avec ses salariés. Mais, le manque de visibilité sur l’avenir le fait souvent hésiter à s’engager sur des augmentations salariales sur lesquelles il ne pourra pas revenir ou sur des primes qui alourdissent ses charges sociales.

Il est possible d’associer les salariés aux résultats auxquels ils ont contribué par leur travail, grâce aux dispositifs de participation et d’intéressement. L’effort de l’entreprise est modulable, chaque année, en fonction de sa situation financière. Et pour les salariés, cela revient à des compléments de rémunération qui entrent dans leur patrimoine, ce qui est non négligeable !

Le Plan d’épargne entreprise (PEE) ainsi que le Plan d’épargne retraite collectif (PERCOL) peuvent permettre de placer des sommes dégagées sans imposition par la participation ou l’intéressement.

Le PEE est un bon moyen pour les salariés (mais aussi les travailleurs non salariés -  TNS) de se constituer une épargne de moyen terme mobilisable pour financer leurs projets.

Le PERCOL (nouveau PERCO), est un produit d’épargne orienté vers la constitution d’un complément de retraite. Mais il est possible de récupérer son capital de façon anticipé pour l’achat de sa résidence principale.

Les bénéficiaires d’un PEE ou d’un PERCOL peuvent effectuer des versements volontaires. L’entreprise peut les augmenter (jusqu’à un maximum de 300 % !) avec l’abondement, ce qui est aussi un excellent moyen de gratification financière supplémentaire.

Aujourd’hui, le cadre fiscal est plus avantageux

En 2019, la loi Pacte a supprimé le forfait social de 20 % sur tous les versements d’épargne salariale pour les entreprises de moins de 50 salariés. Désormais, pour les très petites entreprises (TPE) et une grande partie des PME, toutes les sommes versées au titre de la participation, de l’intéressement ou de l’abondement, sont exonérées des charges employeurs.

Ces sommes viennent également en déduction du résultat imposable. L’entreprise fait coup double : elle accorde des avantages sociaux et elle défiscalise.